Simplicité et innovation au Bistro Rosie.

Simplicité et innovation au Bistro Rosie.

De la longue liste de choses m’ayant charmées au Bistro Rosie, la quasi-absence de règles se classe au top de ma liste. Un autre bon coup du couple-propriétaire, qui nous a jadis donné le micro-resto La Famille et le Ma’tine, est de ne pas accepter de pourboire; une première à Montréal!

Vous avez bien lu—au Bistro Rosie, le frais d’hospitalité est inclus dans les prix du menu. La politique zéro pourboire est pratiquée dans certains restaurants de grandes métropoles, notamment New York, alors que ce modèle d’affaires vise à payer l’ensemble des employés de manière plus juste.

Bistro Rosie

Cuisine

Le concept

Rédigé quotidiennement sur le tableau noir, le menu se divise en 4 colonnes—les entrées froides, les entrées chaudes, les plats principaux, et les desserts—chacune proposant de 2 à 4 options. Contrairement à la plupart des restaurants avec un concept similaire, la table n’est pas obligée d’opter pour la même formule.

Ainsi donc, on pourra commander 2 services pour 44 $, 3 pour 55 $, et 4 pour 66 $—pourboire inclus. Et le client peut choisir des plats des colonnes de son choix (à l’exception qu’il ne peut pas prendre plus d’un plat principal). Par example « une entrée froide et deux entrées chaudes » ou « deux entrées chaudes et un plat principal » sont deux façons différentes d’opter pour le menu 3 services. Quand je vous disais qu’il y avait peu de règles!

À boire

La carte des vins se compose de beaux produits d’ici et d’ailleurs, dont plusieurs bios et natures, et ce à très bon prix. Au verre, il vous suffit de demander ce qui est disponible, et il est fort probable qu’on vous ouvre la bouteille de votre choix. Ce fût d’ailleurs notre cas, avec ce merveilleux vin orange qu’est le Cours toujours.

Bistro Rosie

Vin orange

À manger

J’accompagne ce premier verre d’une soupe de marron, topinambour, lait de coco et galanga, cette épice essentielle pour les currys thaïs. Mon acolyte choisit quand à elle le gravlax de saumon servi avec deux variétés de radis—une cuite, l’autre crue—du fromage de chèvre, des grains de pomme grenade et une vinaigrette asiatique à base de sauce soya, ail et gingembre.

Pour le plat principal, je ne peux faire autrement que de commander Ze boudin noir, que le chef fait lui-même. Déposé sur une riche purée de patates douces, il est surmonté d’une salade de choux et pommes. Pour ma complice de table, ce sera plutôt l’assiette de cabillaud (a.k.a. morue) qui met en valeur les abats du poisson—comme les joues et la langue—accompagnés de poireaux, trompettes et combawa, ce citron vert indonésien.

Le mot de la faim

Vous vous en êtes sans doute aperçu, la cuisine du chef Jérémy Daniel-Six est à la fois française et asiatique, pour un résultat remarquable pour les yeux et les papilles. Et que dire de l’accueil plus que chaleureux de sa tendre moitié, la pétillante Sophie Duchastel de Montrouge!

En conclusion, le Bistro Rosie est une fort belle addition à la communauté de Rosemont Petite-Patrie. On adore leur côté flexible et non prétentieux, sans parler de l’enseigne extérieure qui rend hommage au feu-Tornade Patate!


BISTRO ROSIE – 1498 Bélanger, MTL.

Laissez un commentaire