Le Ripplecove et sa cuisine autochtone.

Le Ripplecove et sa cuisine autochtone.

Récompensé de 5 étoiles, l’hôtel Ripplecove est un petit bijoux québécois qui nous permet de faire une pause de notre quotidien urbain. Nous y avons séjourné le temps d’une nuitée, et avons eu le bonheur de manger à la table du jeune et talentueux Joris Larigaldie, chef du restaurant Le Riverain.

Ce sont une trentaine de chambres luxueuses qui sont mises à la disposition des invités désirant se faire chouchouter le temps d’un week-end. Spacieuse et confortable, notre chambre est tout ce que l’on peut espérer–lit king moelleux à souhait, feu de foyer, baignoire et vue sur le lac Massawippi.

Bien que notre sommeil soit essentiel, nous sommes ici d’abord et avant tout pour satisfaire nos papilles gustatives. Nous nous attablons ainsi au restaurant de l’hôtel, Le Riverain. S’il possède 4 Diamants, l’endroit reste terre-à-terre et on s’y sent à l’aise.

Le chef se balade de table en table au rythme des notes du pianiste performant au centre de la pièce. Joris a aiguisé ses couteaux aux côtés de Francis Wolf du Manoir Hovey, situé à 20 minutes de route. Il nous propose ici une cuisine du terroir d’inspiration autochtone, comme cette amuse-bouche de truite fumée et graines de lin, ou cette soupe de céleri-rave versée sur huile de cameline et persil de mer, décorée de tuiles de cameline (qui nous rappellent le travail de John Winter Russell au Candide).

La présentation du turbot me surprend, en rondelles un peu à la manière d’un boudin blanc. La texture est à la fois ferme et crémeuse–c’est que le poisson est passé au mélangeur avec des pétoncles, des pois de mer déshydratés, de la crème et un oeuf, avant d’être roulé, poché et poêlé. Du poireau, de l’achillée, des pommes de terre et une réduction d’oignon se trouvent à ses côtés, donnant un plat hyper bien travaillé et savoureux. Les ris de veau sont quant à eux très tendres, et se marient bien avec les raisins rouges, le verjus et les chips de panais & épinette.

En plat de résistance, la perdrix est servie avec quelques trompettes de la mort, des échalotes fermentées, des framboises et une réduction de verjus. Le cerf est cuit comme il se doit, et est aussi rosé que la betterave et le chou mariné qui le complémentent.

Notre repas se termine avec une infusion de plantes variées, comme le mélèze, le thé du Labrador et les bourgeons de rose. Nous buvons le breuvage chaud tout en dégustant les desserts. Le premier nous donne l’impression d’être « dans l’sud » avec chocolat blanc, mangue, amande, Malibu et lime. L’autre est un gâteau moelleux avec noisette, rose sauvage, betterave et sirop de bouleau.

Noisette, chocolat blanc

Notre expérience à l’hôtel Ripplecove et à son restaurant Le Riverain a été mémorable et vraiment ressourçante; il s’agit là d’un lieu de villégiature exceptionnel où je vous souhaite de séjourner à votre tour!


RIPPLECOVE – 700 chemin Ripplecov, Ayers Cliff.

Veuillez noter que j’ai été invitée par l’hôtel et le restaurant, mais sans obligation de publier. Les opinions sont les miennes.

Laissez un commentaire