Costa Rica : gallo pinto et pico de gallo.

Costa Rica : gallo pinto et pico de gallo.

Bien que le Costa Rica ne soit pas une destination foodie à prime à bord, je suis d’avis que chaque pays, chaque ville, chaque quartier recèle de perles culinaires. Avec son climat chaud et ses mesures pour protéger l’environnement, pas étonnant qu’on y retrouve autant de beaux et bons produits : thon, crevette, fruit de la passion, vanille, mangue, guanabana, etc.

Voici quelques adresses qui en valent la peine, dans les villes où je me suis arrêtée:

San José

Ne perdez pas votre temps dans la capitale, elle n’a vraiment rien d’exceptionnelle. Sauf peut-être le Café Miel, pour un brunch ou un lunch santé dans un décor hipster. Les Ticos – surnom des Costaricains – ont la dent sucrée, comme le prouvent les décadents cafés-desserts.

Au restaurant Grano de Oro, nous découvrons le petit-déjeuner traditionnel, à savoir oeufs brouillés, gallo pinto (délicieux mélange de riz & fèves noires), plantains frits, tortilla, fromage frais, crème sûre, salsa et pico de gallo (tomates, coriandre, lime). Et leur crème brûlée à la vanille est de loin la meilleure au monde!

À une trentaine de minutes au nord de la ville, visitez la plantation de café Finca Rosa Blanca. Organique depuis 19 ans, ses caféiers poussent à l’ombre des bananiers et autres arbres attirant de nombreuses espèces d’oiseaux. Au Costa Rica, seule la culture de l’arabica est permise, afin de faire du pays un producteur de café de haute qualité.

Sámara

Après une avant-midi sur la plage Barrigona ou Carrillo, passez en mode 4×4 pour gravir la montagne qui vous mènera au Peace & Lodge. Ouvert en août dernier par un couple de Français, cet hôtel-boutique offre une vue à couper le souffle sur les montagnes, idéal pour boire un Piña Colada et dévorer un bon cheeseburger.

En soirée, c’est les deux pieds dans le sable que l’on se délecte du thon rouge du restaurant Gusto Beach, en tartare pour l’entrée puis en steak pour le plat de résistance. J’ai également adoré le restaurant El Lagarto, pour ses poissons, fruits de mer et viandes cuits sur le barbecue.

Playa Santa Teresa

C’est à l’hôtel Horizon que nous séjournons, où nous débutons chaque journée par un power shake à l’açai ou au tahini. Quelques heures plus tard, on se rend à The Bakery, pour partager le toast à l’avocat.

Pour le 5@7, on monte la colline pour admirer le coucher de soleil sur la terrasse du Brisas del Mar, un margarita au fruit de la passion à la main. Puis on redescend quelques mètres pour un souper de sushis et autres spécialités asiatiques au très populaire restaurant Koji’s.

Chef-ambassadeur du Costa Rica, Randy Siles est aux cuisines du restaurant Shambala de l’hôtel Trópico Latino depuis maintenant 12 ans. Il y crée des assiettes gastronomiques, dont plusieurs d’inspiration japonaise, conçues avec des ingrédients organiques provenant de la ferme Okhra.

Nous avons particulièrement apprécié la soupe au poulet, de même que le tataki de thon et les crevettes géantes tempura. Le personnel en salle et en cuisine est constitué de jeunes du coin, chef Siles désirant leur offrir une solide formation professionnelle.

Pour un souper en toute simplicité, rendez-vous au restaurant argentin Las Piedras et partagez le plateau mixte de steak, porc, chorizo & poulet, accompagné d’une sauce chimichurri et de pico de gallo, pommes de terre au four, salade du jardin et frites.

Las Piedras

Las Piedras

Manuel Antonio

Passez la journée au Parc National de Manuel Antonio – singes et paresseux au programme – puis prenez place au Emilio’s Café pour un délicieux dessert et une bonne tasse de café.

En quittant la ville, nous avons visité Villa Vanilla, une plantation d’épices comme la vanille, la cannelle de Ceylon, la feuille de laurier, le poivre, le curcuma et le gingembre. On y retrouve également des cacaoyers, dont les fèves sont utilisées pour fabriquer le chocolat. Nous marchons dans la forêt tropicale parmi les différentes plantes et fleurs, une expérience multi-sensorielle des plus éducatives!

Laissez un commentaire