Le Club de vin de Chez Lavigne.

Le Club de vin de Chez Lavigne.

Si pour Steve Beauséjour les vins sont avant tout de l’énergie, ils sont pour moi source de rencontres, comme celles faites lors du lancement du Club de vin du restaurant Chez Lavigne. Expert de la vigne et de son jus, Steve est sommelier et représentant à l’agence d’importation Rézin. Il est le premier invité d’une série d’événements mensuels visant à éduquer les membres du Club sur les plaisirs du vin.

Il est également le mentor de Catherine, la co-propriétaire du restaurant Chez Lavigne. Elle et son conjoint Éric n’avaient aucune expérience en restauration lorsqu’ils se sont lancés dans l’aventure en mars 2016 – vous pouvez d’ailleurs lire mon billet sur ma première visite ici. La beauté de leur concept c’est que tous les vins peuvent être bus au verre, à condition d’en commander au moins deux. Leur sélection ne comprend que des vins en agriculture biologique, en biodynamie ou nature.

Biologique: Aucun produit chimique n’entre à la vigne, mais le vigneron utilise quand même des produits certifiés bio pour l’arroser. Il peut toutefois ajouter ce qu’il veut rendu au chai (là où le vin se fait).
Biodynamie: Mode d’agriculture alternatif qui consiste à aider la vigne à s’auto-réguler et à se défendre contre les éléments et la maladie, en s’aidant du calendrier lunaire, de diverses tisanes de plantes et surtout, en étant plus à l’écoute de l’écosystème.
Nature: Aucun intrant, ni à la vigne ni au chai (sauf parfois une faible dose de soufre). Le vigneron ne fait que superviser le fruit, donnant un produit hyper vivant.
Les autres vins: La vaste majorité des vins ne sont ni bios, biodynamiques ou naturels, ce qui signifie qu’ils contiennent des produits chimiques.

 

La dégustation débute dans les Cantons-de-L’Est, avec un vin blanc bio du vignoble Les Pervenches qui nous fait bien saliver. On voyage ensuite au Portugal chez Casal Figueira, un vignoble non mécanisé. On boit leur vin Antonio, fait avec le cépage autochtone Vital.

Les Pervenches © facebook.com/chezlavigne

Les Pervenches © facebook.com/chezlavigne

Le troisième provient de la Vallée de la Loire en France, au Domaine du Moulin qui est bio depuis les années 90. Ce La Bodice 2014 me fait penser à la tomate, ou encore au fenouil comme le souligne Steve.

En cuisine, on retrouve depuis peu Sarak Tiann, un ancien du Shinji. Il nous a préparé quelques amuses-bouche, comme un gravlax de saumon au gin, un dumpling aux champignons et une salade d’automne avec aubergine, betterave & yogourt bufflonne, ma préférée du trio. Je commande également le Hot Mussels – un hommage au Hot Chicken – à savoir un pain brioché garni de moules, chanterelles, et pois verts. Pour une fille qui n’aime pas les moules, ce plat me fait mentir!

Le premier vin rouge est l’italien Le Cinco, du producteur De Fermo dans la région viticole Abruzzes. De la France, on enchaîne avec La Soif du Mal produit par Les Foulards Rouges. La récolte est manuelle et la macération est carbonique, ce qui donne un jus très minéral. Le rouge suivant est le Brouilly VV 2012 de Georges Descombes, de la région viticole Beaujolais en France. Celui-ci connait 40 jours de macération carbonique avec les grappes au complet, pas juste les raisins. La dégustation se termine par un vin blanc sec, le Terre Silvate de La Distesa en Italie, avec ses arômes de pomme verte et d’herbes.

Bref, ce fût une première édition réussie, et j’ai bien hâte de découvrir les prochains invités. Pour plus de détails sur le Club de vin, cliquez ici.


CHEZ LAVIGNE – 4280 Notre-Dame Ouest, MTL.

Veuillez noter que j’ai été invitée par le restaurant, mais sans obligation de publier. Les opinions sont les miennes.

Laissez un commentaire