Aaron Langille, le Diplomate.

Aaron Langille, le Diplomate.

Il a travaillé au Comerç 24 de Carles Abellan à Barcelone, puis aux côtés de René Redzepi au Noma à Copenhagen. Ici, il a été vu dans les cuisines du Club Chasse et Pêche, Le Filet, Café Sardine et Orange Rouge. Aaron Langille est de retour aux fourneaux, et c’est au restaurant Le Diplomate que vous pourrez goûter la cuisine du jeune chef aux multiples talents.

Situé sur Beaubien Ouest, on aperçoit le Home-Dépôt à travers les barreaux des fenêtres du Diplomate: chic. Blague à part, les places du Diplomate sont presque toutes autour du comptoir-cuisine, ce qui permet à Aaron et Kyle (sous-chef + pâtissier + barman) d’avoir une proximité avec leurs clients. Au fond des lieux, une fenêtre donne sur un second espace, quelques marches plus bas. Éventuellement, cette pièce sera transformée en salle privée pour les groupes.

Le menu final n’est pas encore offert, puisqu’il faudra d’abord trouver la perle rare pour gérer la salle à manger. En attendant, un menu restreint est proposé, avec parfois quelques plats du jour, comme le « burrito » fait avec une feuille de tofu, garni de feuilles de chrysanthème & feta. Sur le dessus, un peu de gingembre et de piment œil d’oiseau, puis une généreuse dose d’huile de sésame de la feu-Société-Orignal.

Le calmar – dont la cuisson se termine à la torche Searzall – est servi avec du chou-fleur tantôt cuit à la vapeur tantôt simplement mariné, qu’on trempe dans le lait de coco & tobiko. J’adore! Les choux de Bruxelles sont ingénieusement mariés avec le chorizo de Philip Viens, de la crème fraîche et du zeste de lime à souhait: mon plat favori de la soirée.

Le repas se poursuit avec de la daurade crue dans un bouillon de poisson capelan fumé, vin blanc & shiitake. Elle est déposée sur de la choucroute, et décorée de menthe. Le jambon de canard est quant à lui accompagné de céleri, arachide et aneth, une combinaison qui fonctionne très bien.

Le prochain plat ne figure pas à la carte: il s’agit de fines tranches d’agneau cru, avec champignons enoki, radis daikon, poudre de limes noires (limes désyhdratées) et estragon. Finalement, le filet mignon est déposé sur de petits carrés de céleri-rave. Top qualité de viande, par contre une sauce aurait été la bienvenue.

On termine avec un semifreddo de fenouil pour le dessert, avec une mousse à la rhubarbe & gin, et cameline (graine similaire au lin). De belles textures et des parfums originaux, mais pas assez sucré à mon goût.

Semifreddo de fenouil - 7$

Semifreddo de fenouil – 7$

Pourquoi ‘Le Diplomate’? Il y avait, dans les années 20, un cabaret situé sur le boulevard Saint-Laurent qui portait ce nom. Cet endroit était censé être le local du restaurant de Aaron, mais le destin en a voulu autrement. Il a tout de même décider de conserver le nom.


Bouffe : 8/10 – Des choix audacieux qui nous amènent ailleurs.

Ambiance : 9/10 – Décontractée, authentique, conviviale.

Service : 10/10 – N’aurait pas pu être mieux: vive le comptoir-cuisine!

Prix : $$ – De 8 à 15$ par plat.

LE DIPLOMATE – 129 Beaubien Ouest, MTL.

Une réflexion sur “Aaron Langille, le Diplomate.

Laissez un commentaire