La cuisine maison du Code Ambiance.

La cuisine maison du Code Ambiance.

Le restaurant Code Ambiance a pignon sur rue Notre-Dame en plein coeur du bouillonnant quartier Griffintown depuis déjà deux ans, mais moi je viens tout juste de faire sa connaissance pour le plus grand plaisir de mes papilles!

En ce vendredi soir d’été, on fait nos paresseux et on s’en remet au chef et entre les mains de Bastien, notre dévoué serveur et propriétaire des lieux qui nous a invité à sa table ce soir-là. Ici, les clients peuvent s’adonner au menu dégustation en tout temps, un menu qui changera au gré des saisons et qui promet une expérience gustative des plus intéressantes.

Bastien est français-allemand, et a débuté son parcours culinaire en Allemagne avant de s’engager sur un bateau de croisière haut de gamme pour découvrir les cuisines du monde. À Montréal, on a pu le voir aux Trois Tilleuls, puis au feu-restaurant Nuances du Casino de Montréal pendant 18 ans. Pour lui, l’ouverture de son restaurant Code Ambiance est un retour aux sources. Il agit à titre de chef exécutif, et est fier d’offrir une cuisine de qualité où tout est fait maison (sauf le pain!): les sauces, les bases, les crèmes glacées & sorbets et même les chocolats. À table!

En amuse-bouche, une mignonne crevette façon ceviche aux parfums de citron sucré et de thym – cuisson parfaite, une belle entrée en la matière et un beau mariage avec la flûte de bulles Crémant de Bourgogne!

Le foie gras au torchon est enrobé d’épices, à savoir un mélange de poivre, coriandre et gingembre, un plat signature de la maison me dit-on. Toutefois, force est d’admettre que ces arômes sont trop subtiles pour moi, je n’arrive pas à percevoir le goût des dites-épices. Le produit est de haute qualité, très bon sur le croissant aux graines de tournesol avec une touche de chutney pour couronner le tout.

Toujours du côté des entrées, la crème d’oignons caramélisés présente un équilibre parfait aux niveaux des assaisonnements, et que dire de la texture divine en bouche. Servie avec croutons de pain sur lequel a fondu le fromage Métayère, cette soupe est un véritable péché mignon!

À chacun des services, Bastien apporte à la table 3 bouteilles de vin qui s’harmonisent avec le plat. Il nous les présente et nous laisse ensuite choisir – Quelle délicate attention! On y va ainsi en blanc avec L’Or de Calydon 2009 et le Kintet 2011 du Domaine Paul Kubler en Alsace.

Pour les plats de la mer, le risotto d’artichauts et roquette fait office de lit pour la queue de homard. Le crustacé est tendre et savoureux, mais le risotto aurait avantage à être plus crémeux. Les pétoncles des Îles-de-la-Madeleine sont poêlés à la perfection. Encore une fois, les accompagnements gagneraient à être raffinés; le humus me rappelle une simple purée de pois chiche, il manque une touche d’huile et de citron. La sauce, quant à elle, se révèle trop riche en sel, la sauce soya l’emportant définitivement sur le miel.

Côté terre, le tartare de biche (une première pour moi!) avec champignons séchés, ail et huile de truffe blanche a bon goût, malgré que je ne perçoive pas les arômes de la truffe pourtant très parfumée en tant normal. Je me régale également du tataki d’agneau, servi en toute simplicité. L’ajout de quelques produits n’aurait pas été de trop, la simple verdure qui accompagne et le tartare et le tataki est fade et sans réelle valeur ajoutée.

Les vins se font toujours aussi impeccables, avec le Minéral+ 2012 du Domaine Frantz Saumon, Montlouis, le Bastien 2012 du Domaine Turenne et le pinot noir Underwood 2012 de Union Wine en Orégon.

En dessert, une belle surprise m’est offerte; une tarte au chocolat et lavande, avec mon nom d’inscrit en chocolat dans l’assiette!

Tartelette choco-lavende

Tartelette choco-lavande

Bouffe : 8/10 – Les produits sont frais, et on apprécie que ce soit une cuisine maison où le traditionnel côtoie le contemporain. Il faudrait toutefois repenser certains accompagnements et soigner davantage la présentation. Mention spéciale à la magnifique sélection de vins.

Ambiance :  7/10 – Malgré le nom, l’ambiance n’est pas assez au rendez-vous. Est-ce attribuable au décor trop moderne avec les plafonds lustrés blancs et rouges? Chose certaine, il manque un je-ne-sais-quoi, une vibe, une âme, une énergie… et plus de monde!

Service :  9.5/10 – D’une attention hors du commun, des gens de coeur.

Prix : $$$ – Menu dégustation à 60$ / Entre 7 et 17$ pour les entrées +30$ pour les plats / Une formule intéressante est également offerte, à savoir Les Indécis; 7 plats proposés en format entrée ou plat principal. Somme toute, un peu trop dispendieux pour le quartier.

CODE AMBIANCE – 1874 Notre-Dame Ouest, MTL.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s