Parce qu’on a tous un Mal Nécessaire.

Parce qu’on a tous un Mal Nécessaire.

La luminescence des néons verts de l’ananas vous attirera comme des mouches dans cet antre secret, dans un sous-sol du quartier chinois: Bienvenue au Mal Nécessaire.

Perçu comme un « Tiki bar » aux yeux des clients, le Mal Nécessaire est d’abord un bar à cocktails à thématique équatoriale, qui veut rappeler l’ambiance d’un bar dans un lobby d’hôtel au Mexique – pas banal!

An uncommon bar for the common man.

Les quelques sections de types banquettes de bois sont conviviales et idéales pour les groupes, mais nous, on s’installe plutôt au bar (what else is new?). À boire, le cocktail signature – Le Mal Nécessaire – est fait de Bourbon, Fernet Branca, Bowmore, ananas, citron et sirop de cannelle. Coulé sur de la glace concassée, il est frais et exotique. Pour ma part, j’y vais avec La Concession Française: Gin, Aperol, amers asiatiques, citron et orgeat. Il goûte le thé chaï, en plein dans mes cordes!

À boire

À boire

Les bons cocktails ça creuse l’appétit, et ça tombe plutôt bien, puisque l’endroit propose une courte mais sympathique liste de snacks. Ici, je dois dire que l’équipe a fait preuve de génie, en faisant appel à la cuisine du restaurant chinois situé juste en haut, le Fung Shing. Ils ont ainsi sélectionné leurs plats favoris du menu, pour le bonheur de nos bedons.

On sélectionne les crevettes sur pain maison grillé et bien imbibé de beurre, les dumplings vapeur porc et crevette et le poulet Général Tao. Tout est bon, et très généreux pour les prix (entre 6 et 9$). Les dumplings sont vraiment très intéressants, avec un bon goût de gingembre.

À manger

À manger

Chia Fresca

Chia Fresca

Mon deuxième verre, le Chia Fresca, vaut vraiment la peine d’être mentionné. Un savant mélange de gin, concombre, eau de noix de coco, graines de chia, citron et basilic thai qui me rappelle les jus verts du Aux Vivres. Dommage que je ne sente pas la texture gélatineuse des graines de chia trempées dans l’eau quelques heures, c’est la seule amélioration que j’apporterais à ce cocktail.

Le Mal Nécessaire

Le Mal Nécessaire

À propos du Mal Nécessaire

Le Mal Nécessaire, c’est l’histoire de 3 gars passionnés et dévoués à l’industrie des bars et de l’hospitalité. On retrouve ainsi Alex San Gregorio (Datcha, Kabinet), David Schmitt (Café Sardine, Maïs et Datcha) et celui qui run la place, Graham Warner. Ce dernier est originaire de Calgary, où il a entre autres travaillé au Raw Bar de l’hôtel Arts en plus de participer à plusieurs concours internationaux de flair bartending. À Montréal, on a pu le voir au Barroco, Sardine et à la Taverne du Square Dominion.

À la base en anglais, c’est lui qui a pensé au nom des lieux: Necessary Evil. Pour lui, ça représente les dangers de l’alcool pour les gens qui oeuvrent dans l’industrie, la dualité plaisir et risque.

Ils ont choisi un local dans le quartier chinois parce qu’il n’y avait rien de semblable dans ce coin qui a grandement besoin de sang neuf pour le redynamiser. En plus, le loyer est 3 fois moins cher que 2 rues au Nord, ce qui permet d’investir plus de sous dans la qualité des produits et du service – Pas pour rien qu’on nous sert des cocktails dans des vrais ananas et des vraies noix de coco!

Parlant d’ananas, j’ai d’abord voulu essayer le Mal Nécessaire après avoir lu un article sur leur superbe branding fluo, par la designer Sara Bourgoin. Un excellent travail, qui devrait encore plus être mis de l’avant sur le plancher.

Je termine ce billet par une citation de Graham lui-même, qui, je crois, reflète bien l’équipe derrière le Mal Nécessaire, et l’âme du bar;

At the end of the day, we don’t serve cocktails, wine or food…

We serve clients.

LE MAL NÉCESSAIRE – 1106B St-Laurent, MTL.

4 réflexions sur “Parce qu’on a tous un Mal Nécessaire.

  1. Pingback: Parasol, une oasis en plein coeur du Mile-End. | La Pique-Assiette

  2. Pingback: Guide pour découvrir Montréal

  3. Pingback: Insider’s Guide to MTL

  4. Pingback: Top 10: Mes expériences culinaires coup de coeur de 2014. | La Pique-Assiette

Laissez un commentaire